Guide des bases d’entraînement

Guide des bases d’entraînement

Les rouleaux classiques : pour améliorer son style

C’est le système d’entraînement classique. Il est constitué de trois cylindres, dont deux sont reliés par une bande élastique ou une courroie. Ces cylindres peuvent être composés de polymères, mais aussi d’aluminium. Certains systèmes sont pliables, facilement transportables. On peut donc les emporter pour s’échauffer avant un événement, voire pour s’entraîner à l’hôtel. À force de s’exercer, on peut se lever debout sur les pédales et avoir le sentiment d’être en mouvement, sur la route.

AVANTAGES

Souvent peu coûteux, les rouleaux sont idéaux pour pratiquer son équilibre et faire des exercices de souplesse en tournant de hautes cadences. Ils sont faciles à déplacer et à ranger (souvent télescopiques ou pliables). Si vous souhaitez améliorer votre technique et développer un coup de pédale constant, fluide, sans grands élans de puissance, c’est l’instrument parfait. Et hormis la courroie qui doit parfois être remplacée, ils sont d’une extraordinaire durabilité.

INCONVÉNIENTS

Si vous vous entraînez avec la puissance, vous aurez besoin d’un capteur sur votre vélo. Aussi, les débutants auront du mal lors de leurs premières séances à trouver leur équilibre (petit truc : fixez un point devant votre roue avant, et pas la roue elle-même). Quant à celles et ceux qui cherchent à faire des intervalles à haute intensité, il se peut que le rouleau classique manque de résistance pour qu’ils y parviennent.

Les rouleaux sophistiqués : comme rouler dehors

Afin de combler certaines lacunes des rouleaux classiques, des versions plus élaborées de ces systèmes à cylindres qui nécessitent que le cycliste demeure en équilibre ont été développées. Elles comportent souvent un système de résistance qui permet d’atteindre des niveaux de puissance beaucoup plus élevés tout en maintenant la fluidité du coup de pédale. Plusieurs modèles sont aussi équipés de rails à ressorts qui ajoutent du mouvement avant-arrière, de garde-fous (sous forme de roulettes à l’avant) et de supports supplémentaires à la roue arrière qui ajoutent de la stabilité et nous évitent de tomber en bas du rouleau en cas de faux mouvement. Certains possèdent également un système qui permet d’employer des logiciels d’entraînement qui commandent la résistance à distance par Bluetooth ou ANT+ ou de simplement modifier le niveau de résistance (souvent par aimant) à l’aide d’une télécommande qui se fixe au guidon.

AVANTAGES

Avec ses «bumpers» et ses stabilisateurs, ce type de base reproduit très efficacement les effets de la route. Rapidement, on apprend à se lever de selle, on peut sprinter au-delà des 1000 watts, ce qui permet de faire les mêmes exercices qu’avec un rouleau classique, mais avec un surplus de performance. Plusieurs de ces bases sont composées de matériaux simples et durables, faciles à entretenir.

INCONVÉNIENTS

Plus onéreux, ces rouleaux nécessitent un capteur de puissance pour être employés avec des logiciels comme TrainerRoad. Ils sont plus difficiles à ranger, plus lourds aussi. L’ajout d’un système électronique pour les utiliser avec Zwift est plutôt coûteux.

Les bases… de base

Pas envie de vous casser la tête ni de briser votre tirelire? Les bases d’entraînement les plus simples peuvent suffire si vous n’avez pas de besoins importants. La plupart permettent de fixer l’essieu de la roue arrière à la structure, le plus souvent faite d’acier ou d’aluminium, puis d’ajuster le frein qui procure de la résistance. Si vous souhaitez simplement rouler en regardant la télé, sans vous préoccuper de rien ni faire d’efforts très structurés, ces bidules font parfaitement l’affaire. Et ils se vendent désormais à des prix dérisoires.

AVANTAGES

Simples d’utilisation. Peu coûteuses. Faciles à mettre en place et ne nécessitent aucune compétence particulière.

INCONVÉNIENTS

Peu d’ajustements, exigent l’achat d’un pneu d’entraînement qui résiste à la chaleur provoquée par le frottement avec le frein de résistance. Ces bases sont parfois lourdes. Leur utilisation est très limitée.

Les bases intelligentes

Ces systèmes d’entraînement connaissent une véritable révolution depuis quelques années. Si bien que les gammes de produits et les coûts varient considérablement. Certaines de ces bases fonctionnent elles aussi avec un frein de résistance au pneu et sont liées à un système informatique, mais un nombre grandissant d’entre elles permettent d’enlever la roue arrière et de poser le vélo sur la cassette d’une roue libre qui procure la résistance. Les moteurs y sont de plus en plus sophistiqués et fournissent une expérience d’un réalisme croissant où la qualité de pédalage est au rendez-vous… à condition d’y mettre le prix. Dans ces cas, on pourra lier notre base à distance à un téléphone intelligent dans lequel on aura téléchargé une application maison du fabricant, ou une app externe, comme TrainerRoad, Zwift, Sufferfest, etc.

AVANTAGES

Très «plug and play», ne nécessitent pas de capteur de puissance sur le vélo, et avec les modèles les plus haut de gamme, l’impression de réalisme de la résistance, mais aussi des passages en roue libre est absolument remarquable. Avec des applications d’entraînement (nous proposons d’ailleurs des programmes, chez Vélo Cartel, que vous pouvez utiliser avec TrainerRoad), vous pouvez vous entraîner très efficacement, de manière structurée, avec la certitude d’obtenir des mesures constantes et de qualité. Ces bases sont aussi de plus en plus silencieuses, et certains modèles se plient et se rangent en un tournemain.

INCONVÉNIENTS

Les modèles plus anciens sont lourds, et ceux qui emploient encore le système de frein sur le pneu sont beaucoup moins stables. La plupart des modèles sont aussi statiques, ce qui rend l’expérience plus monotone qu’avec des rouleaux, mais plusieurs fabricants offrent désormais des versions mobiles, voire qui permettent de changer de direction, ce qui est utile pour certains logiciels d’entraînement qui comportent cette fonction. Enfin, disons-le, ces bases sont pour la plupart très chères.

via GIPHY