ENVE : marchand de vitesse visionnaire

ENVE : marchand de vitesse visionnaire

Une paire de roues de qualité supérieure peut considérablement améliorer vos performances, mais aussi vos sensations sur le vélo. Tant sur le plan de l’aérodynamisme que du confort et du transfert de puissance, les roues de carbone ont changé la donne au cours des dernières années, permettant aux cyclistes de bénéficier d’une expérience générale plus agréable et d’un indéniable avantage compétitif.  

À condition que le produit soit bon.

ENVE, une entreprise américaine qui manufacture ses produits localement, demeure un des chefs de file en la matière. Un modèle d’avant-garde technologique où la confiance règne, puisqu’on y offre une garantie à vie sur tous les produits.

Au fil des ans, son expertise dans le monde du carbone, doublée d’une solide équipe de recherche et développement dans le milieu du cyclisme, lui a permis de mettre en marché des produits qui sont considérés comme l’étalon à partir duquel on mesure les autres.

Toujours en avance sur son temps, sans cesse en train de mettre à l’épreuve ses idées et ses produits, ENVE crée des roues pour la route, la gravelle et la montagne avec le même souci d’excellence : l’idée de détenir un produit dont les résultats se vérifient et s’apprécient.

Jack Pantone, vice-président aux produits et à l’expérience client, répond à nos questions afin que nous puissions mieux comprendre comment les produits ENVE sont créés, quel esprit anime ses concepteurs, et de quelle manière ceux-ci envisagent l’avenir pour ce marché.

D’abord, Jack, comment décririez-vous la mission d’ENVE?

«Notre mission, c’est d’offrir une meilleure expérience cycliste grâce à la science et à l’éclairage que nous fournit l’expérience de terrain. La science émane de nos connaissances et de notre expertise concernant les matériaux et les procédés de fabrication. L’expérience de terrain qui nous permet de mettre à l’épreuve nos produits est acquise par nos propres essais, mais aussi pas l’usage répété et sans compromis qu’en font les athlètes professionnels que nous commanditons. Enfin, celles et ceux qui nous procurent le feedback le plus important demeurent nos acheteurs du grand public.»


Pourquoi est-ce pertinent de faire des roues de carbone aux États-Unis alors que la quasi-totalité des autres compagnies se sont tournées vers les manufactures chinoises ou taïwanaises?

«Faire nos roues ici, aux États-Unis, nous permet d’être le plus dynamiques possible. Notre principe est d’échouer rapidement, puis de trouver une solution pour passer à l’étape suivante. C’est là que se situe notre avantage compétitif : en produisant localement, nous pouvons faire de la recherche interne et évoluer très vite. C’est pour ça que nous sommes l’entreprise la plus innovante de l’industrie.

«En plus, notre production locale nous permet de nous ajuster très rapidement aux différentes vagues d’un marché parfois instable. Par exemple, pendant la pandémie de COVID-19, nous avons pu très vite réduire la production pour ne pas nous retrouver avec des surplus monstrueux en stock. Autre exemple : quand les roues de 26 pouces ont fait place au 27,5 dans le vélo de montagne, nous n’avions que peu de stocks à écouler et n’étions pas aux prises avec l’arrivée par conteneurs de roues de 26 commandées depuis longtemps, qui se seraient empilées dans nos entrepôts. Même chose avec l’avènement des freins à disque pour la route.

«Mais plus encore, confectionner nos produits ici nous permet d’avoir une relation holistique avec eux. Nous connaissons tous les rouages de leur fabrication, ce qui fait de nous de meilleurs manufacturiers; en résulte une roue de meilleure qualité. Finalement, nous créons de l’emploi pour presque 200 ménages locaux, et puis il est assurément plus facile de protéger nos propriétés intellectuelles en conservant la production à domicile.»

Quelle est l’histoire derrière la série SES, qui est en quelque sorte devenue votre «roue signature» en combinant légèreté et aérodynamisme?

«La SES est le fruit d’un développement qui a abouti lors du lancement en 2010-2011, mais son histoire débute en 2008. À ce moment, nous avons réalisé que, même si nous produisions d’excellentes roues de carbone, nous devions élever notre jeu d’un cran pour offrir un produit qui réponde aux exigences des triathlètes et des cyclistes sur route en quête d’un avantage compétitif sur le plan de l’aérodynamisme. Un peu par chance, c’est à ce moment que nous avons croisé la route de Simon Smart. Autrefois expert en aérodynamisme dans le monde de la Formule 1, il s’était depuis repositionné comme spécialiste de l’optimisation aéro pour les cyclistes. Son constat était le suivant : plusieurs modèles de roues aérodynamiques avaient alors un impact négatif sur l’expérience de conduite des cyclistes et formaient parfois un ensemble dysfonctionnel avec certains cadres. Son idée était de changer la donne pour qu’une roue puisse se coupler avec n’importe quel cadre et offre à coup sûr un avantage réel à celle ou celui qui l’utilise. Avec lui, nous avons donc créé et développé la série Smart ENVE System (SES), qui continue d’être un modèle du genre dans l’industrie en matière de performance et d’aérodynamisme. La forme des jantes et leurs courbes (que nous avons brevetées) procurent une stabilité inégalée, ce qui est primordial pour les cyclistes en position aéro. Nous avons aussi établi que les roues avant et arrière nécessitent des formes et des profondeurs qui leur sont propres afin de produire le meilleur effet aérodynamique. Ce sont ces petits détails qui nous gardent au-dessus de la mêlée.» 

Autrement, comment le design de vos roues a-t-il évolué au fil des récentes années?

«Le principal changement qui a affecté notre milieu est sans doute le passage du freinage sur jante vers le frein à disque. Nos modèles SES se sont aussi élargis pour accommoder des pneumatiques plus larges et l’avènement du tubeless. Nous nous sommes aussi commis dans la production de roues hookless afin d’améliorer la performance du tubeless. Et en plus de tout ça, il faut rappeler que nous développons et produisons des roues pour le vélo de montagne depuis 2006. Ça nous permet de demeurer en tête de peloton; nos roues sont des modèles à suivre tant pour le poids que pour la résistance. Nous sommes si fiers et confiants en la matière que nous garantissons toutes nos roues à vie, peu importe dans quelles circonstances elles auraient été endommagées (même lors d’une compétition ou pendant le transport), tant qu’il s’agit d’un produit ENVE et que vous en êtes le premier propriétaire.»

En quoi la popularité grandissante du gravel bike a-t-elle influencé vos récentes recherches et le développement de nouveaux modèles?

«Ça fait un moment déjà que nous nous amusons hors des sentiers battus! Bien avant que les cyclistes issus de la route ne partent à la conquête des routes de terre, nous avons marié nos expertises du vélo de montagne et de la route pour rendre toutes nos roues plus performantes et résistantes. Notre G Series recèle donc les éléments technologiques de nos modèles SES et M Series, et il s’agit de notre marché qui connaît la plus grande croissance en ce moment.» 

Le tubeless sur route est de plus en plus prisé et vous vous en êtes faits les apôtres. Est-ce que, pour vous, il s’agit d’une technologie du futur pour le cyclisme sur les voies pavées?

«Nous nous sommes lancés à fond dans le tubeless pour la route il y a quatre ans, quand nous avons démarré la série SES 4.5 AR. Cette roue était vraiment en avance sur son temps et parfaitement conçue pour l’emploi de pneus sans chambre à air. Nous sommes engagés dans cette voie à 100 %. Nous croyons qu’un pneu ne devrait contenir une chambre à air qu’en cas d’urgence, c’est-à-dire une crevaison qui le nécessite. Nous nous appliquons à devenir des experts en la matière afin de mieux outiller les cyclistes de route et de gravelle dans leur choix de matériel et pour qu’ils soient en mesure de mieux l’installer et l’entretenir.» 

En voici des exemples :

Pression des pneus 
Compatibilité 

Et pourquoi des roues hookless, qu’est-ce que ça change?

«Il s’agit du standard dans toutes les industries de transport… sauf le cyclisme. Auto, moto, aéronautique et autres emploient cette technologie parce qu’elle fonctionne simplement mieux avec le tubeless. Techniquement, cette techno nous permet de créer des roues qui améliorent considérablement le maintien du pneu sur la jante de même que la qualité du scellé. Le hookless a permis de mettre au jour les déficiences dans la fabrication des roues tubeless pour la route, ce qui a poussé toute l’industrie des pneumatiques à s’adapter très rapidement et à améliorer les pneus afin que leur confection soit totalement efficace et sécuritaire, même sans hooks

Vous venez de lancer une nouvelle série, Foundation, qui est plus abordable. Peux-tu nous la décrire et nous expliquer comment vous êtes parvenus à marier vos exigences à des budgets plus modestes?

«D’emblée, même si la série a effectivement été conçue afin d’être moins onéreuse que notre SES, nous ne voulions faire aucun compromis en matière de qualité. Nous avons donc cherché, dans notre processus de production, où nous pouvions réduire les coûts. Nous y sommes parvenus, par exemple en proposant des jantes de la même profondeur à l’avant et à l’arrière, ce qui réduit très peu la performance. Dans la ligne de production, nous avons aussi simplifié la méthode de laminage du carbone, réduisant le temps de production des deux tiers comparativement à notre série SES. Le produit est une roue à peine moins aérodynamique, un peu plus lourde et sans doute un peu moins raffinée que la SES, mais somme toute, les différences sont mineures et nous avons réussi à conserver une qualité d’ensemble qui, à notre avis, surpasse de très loin ce que nos compétiteurs proposent dans la même gamme de prix.»